LA PIÑATEAM

( page en construction ! )

giphy-1

adley

Je suis illustratrice, bédéiste, dessinatrice, narratrice. 
J’aime raconter des histoires. Des histoires en apparence légères, des histoires positives avec un arrière plan de trucs sérieux. Vraiment sérieux. 
Les mythes, les phénomènes mystiques, les rites, ce en quoi on croit, l’écologie et plein d’autres choses m’habitent. 
Je suis à la recherche de quelque chose mais je ne sais pas encore ce que c’est. Je dessine pour chercher, parfois je trouve. 
Je fais souvent l’inverse de mon but. Je rêve d’avoir un dessin libre et expressif. Le genre de dessin en quelques lignes réalisé en dix secondes. Mais je suis amoureuse des détails les plus minimes. Parfois je me bats contre moi-même. 
J’aime beaucoup les gens, les observer, les écouter. Si vous voulez m’offrir quelque chose écrivez-moi ici : contact@adley.fr
Et si vous trouvez tout ce que je raconte trop abstrait, allez voir mon travail ici : www.adley.fr

marine

Marine aime les tampons
Elle en négocie pleins sur les braderies, vides greniers
En fait Marine, elle ne sait pas vraiment négocier
Alors elle se décide à les faire ses tampons
Marine elle aime bien les cartes postales aussi
Elle en envoie tout le temps
Alors ce sera des cartes postales tamponnées
Du coup c’est parti
L’encre s’étale
Les idées fusent
Et les cartes défilent
Des motifs, des photos de famille, des bestioles, des villes d’Italie (Ah l’Italie)… 
Elle y va selon l’envie, aux grès des inspirations 
Bref, elle grave et elle tamponne !

Marine elle parle d’elle à la troisième personne parce qu’elle est trop timide pour dire
“JE grave et JE tamponne”. C’est même pour ça qu’elle a pris un pseudo 
sur instagram
pour vous montrer ce qu’elle fait, comme si c’était pas elle : madomichelle

samy2

Voilà près de cinq années que je cherche, trouve, et visite toutes sortes d’endroits plus ou moins abandonnés, parfois pour filmer, parfois pour prendre des photos, parfois pour peindre, parfois juste pour m’y sentir bien, ou m’y sentir mal, mais toujours m’y sentir vivant.

Ici, je vous parlerai de ces endroits, en développant certains aspects, et en racontant quelques histoires, les miennes et celles des lieux. Documenter, préciser, et pérenniser ces moments furtifs et obscurs, d’un point de vue intérieur, actif, et poétique, c’est l’unique objectif.

Sous formes de chroniques expérimentales mêlant différents moyens d’expression, une immersion dans ces lieux muets qui ont tant de choses à dire.

Pour contacter Samysouiou.samy@gmail.com
Sa chronique par là 
Son instagram  par ici : Le bruit et l’odeur

 

 

jes

On me dit couteau suisse, j’aime bien cette idée. Chez Piñata je vous présenterai de temps à autres des pratiques, des artistes et des lieux. Alliant plusieurs médiums, techniques et outils, je partagerai aussi avec vous quelques créations, expérimentations au contenu variés (c’est l’envie tout du moins) qui je l’espère vous plairont, interrogeront ou vous intéresseront au choix, ne serais ce qu’un chouïa ! 

Aller on se fait la bise et à tantôt 😉

Retrouvez l’univers de Py Niouf sur Rue sur facebook, instagram et etsy !

estherCurieuse du monde qui nous entoure, je puise mon inspiration dans la nature, notre quotidien et parfois un monde auquel je rêve.
Sans chichi sans tralala mais avec beaucoup de paillettes et de confettis comme Piñata.
J’ai choisi de vous partager mes illustrations, celles-ci racontent des histoires,
vécues ou non, imagées, inventées, improvisées pour certaines.
Des petites dames sans complexes, des oiseaux, des plantes, et qui sait ce qui viendra après …

Retrouvez ses petites dames par ici, son site internet là et sa boutique etsy ici

bruno…mais pas que ! 

La vie se regarde avec les yeux, l’art se voit avec le cœur.

L’Art a toujours été très subjectif.

On aime ou pas, c’est une question de goût.
Chaque jour, nous ressentons des émotions, nous exprimons des sentiments à l’égard de quelqu’un, de quelque chose. Il y a différentes méthodes pour les exprimer. Écriture, dessin, musique, photographie…
Dans cette chronique, j’ai choisi de lier deux moyens… La musique par la photo. Oui je l’avoue, la photographie va beaucoup m’aider à vous traduire mes coups de cœur musicaux…

L’image plus que les mots…
Rassurez vous, il y aura aussi des mots.
Le but étant pour moi de vous pousser à aller voir les artistes en live. Une chance incroyable de ressentir, en observant l’artiste, toute l’émotion qu’il veut nous transmettre dans son œuvre…

Good vibes are good to live.

Bonjour, je suis Bruno, graphiste et photographe… et fan de musique!

Retrouvez son travail sur sa page facebook
… et dans sa rubrique.

nasty

Illustratrice, j’aime particulièrement placer mes petits personnages sur des objets du quotidien.
J’ai aussi l’habitude de les cacher dans des 
livres dont j’écris parfois les histoires.
Mes créations sont inspirées par la forêt que je peux trouver au bout de ma rue mais aussi par les contes et légendes folkloriques.
Quand je ne travaille pas, je joue un peu de musique, lis beaucoup et parfois pars au bout du monde.
Mais finis toujours par revenir.

Retrouvez son univers ici :  www.nastassja-imiolek.com

pi

Au fait ! 

Les Piñatas, c’est une association de micro-édition créée par deux jeunes femmes : Léa et Madeline. Nous quoi. Certains d’entre vous nous connaissent un peu, beaucoup… d’autres pas du tout ! Nous avons donc décidé de nous présenter l’une l’autre et de vous en dire un peu plus sur nous. 

Enchantées !

nous2

Léa, elle aime les chats et surtout le sien.
Elle aime aussi manger des sushis. Manger des gâteaux. Manger.
Léa, elle rêve parfois d’être Beyoncé, La Vierge, moustachue, Jane Goodall ou sa Mère.
Léa, elle écoute Francky Vincent, Pierre Schaeffer, Maître Gims, Europe 1, Barbara (et tout ça à la suite). Léa, elle s’habille avec plus de 3 couleurs. Si si ma chérie. Elle porte même
 un manteau bleu grâce auquel on devine qu’elle adore Yves Klein – paraît-il.
Léa, elle dessine et filme des histoires de (bonnes) femmes.
En plus, elle coupe la tête aux hommes qui tentent de les approcher.
Léa, elle est curieuse, heureuse, amoureuse, peureuse, superstitieuse… Bavarde aussi, commère souvent, tête en l’air toujours. Léa, elle est pas à droite, mais elle est maladroite (touloutoutou).
Léa, elle peut pleurer devant un autocollant si le hamster qui y est représenté
 est trop mignon. Elle peut également vous parler du pli dans l’art contemporain, vous enseigner la teinture de sciure, vous apprendre pleins de choses sur les techno-maternités et vous décrire à la perfection ce qu’est une vagina dentata.
Léa, elle arrive également à t’expliquer les théories lacaniennes sur le statut de la mère dans la société contemporaine en t’offrant des culottes en dentelle.

Léa, elle a eu l’idée de Piñata en traînant sur des millions de blogs où les gens partagent des morceaux de leur vie, et moi, j’aimais bien son idée. Léa, c’est celle à côté de qui je m’asseyais à l’école, en formation, dans des spectacles, en stage… pendant 5 ans. Alors maintenant que nous sommes debout, avec Léa, on a vraiment envie, nous aussi, de partager les choses qu’on aime et toutes les adresses, beaux objets, spectacles et les belles personnes que nous rencontrons.

Madeline

Madeline c’est une (jeune) femme.
Elle a : la bouche en triangle, les yeux ronds et le menton carré.
Suivez la du regard, et alors, peut-être, vous la verrez danser, des crayons aux pieds, du fusain sur le visage, les jambes pleines d’echymoses.
Elle a: les cheveux dorés, les joues rosées et le ventre opalin. Si Madeline était un animal elle serait un hippocampe, une tasse de thé à la main, en tout cas c’est ce qu’il se dit.
Ecoutez la bien, vous l’entendrez parler de notateurs, de Rizzo, de Pina, de triangles, de Rosas et de rondes. Attendez un peu… La voilà parlant de culottes en trop (en plusieurs langues, s’il vous plait), de frites, d’impératrices, de paix, et de fêtes de l’amour dans la forêt en secouant ses main sur la musique d’Adir Adirim.
Elle a : les pieds dans le Nord, la tête à Lille et quelques veines en outre Manche
Une fois, Madeline a vu un cygne se délecter d’un fruit défendu, depuis elle se méfie de ces plumacés et des mythologies.
Entrez dans sa chambre et découvrez sa récolte, sa collecte incessante de milliers d’images, de bouts de papiers, morceaux de lambeaux de trucs, parce que c’est beau et surtout parce que, pour l’instant, elle a la place.
Ensemble nous avons ri, dormi, dansé, dessiné, écrit, composé, observé, collecté, mémoiré, divagué, échoué et recommencé. Souvent on échangeait, rêvait à un espace où l’on pourrait parler de ceux qui font vibrer nos coeur et nos cerveaux, alors quand je propose à Madeline de me suivre dans le projet Piñata, et de m’épouser (une pierre deux coups), elle a dit oui (aux deux) sans hésiter et s’embarque avec moi dans cette jolie aventure à durée indeterminée.
Et pour ça, pour toujours, je lui dis merci.

Léa