LE GRAND SHOW

Weval (5)

Les 20 ans du Grand Mix

“LE GRAND SHOW”

Non je ne vous parlerai pas d’un groupe de musique en particulier! Non je ne vous parlerai pas non plus de plusieurs groupes de musique (un peu quand même)! Non je ne vous parlerai pas (bah si quand même…)!

Pour une fois je vais vous livrer mes sentiments sur une salle que j’apprécie tout particulièrement, Le Grand Mix de Tourcoing.
Les 22, 23 et 24 septembre dernier, cette scène de musiques actuelles a fêté ses 20 ans. Et de quelle manière !

Retour en arrière… 20 ans en arrière…

Le Grand Mix ouvre ses portes le 23 septembre 1997. Avec sa capacité de 650 personnes, le Grand Mix c’est près de 90 concerts par an. Au fil des années, cette salle a su mettre en place une programmation éclectique, audacieuse et particulièrement pointue (The Kills, Metronomy, M83, Interpol, Temples, Suuns, Editors, Baxter Dury, Mark Lanegan…). Lieu incontournable à la dynamique musicale et culturelle, le Grand Mix compte parmis les grandes salles (par sa qualité) des Hauts de France. Véritable lieu de rassemblement où toutes les cultures se mêlent autour d’une même passion. Enivré par cette envie d’aller toujours plus loin, le Grand Mix sort des sentiers battus et profite de son expérience pour organiser de multiples projets d’actions culturels ou associatifs (Goûters Concerts, Chorales, interventions en hôpitaux, EHPAD ou établissements pénitentiaires…).

Isaac Delusion (5)

Aujourd’hui…

Le Grand Mix ne pouvait passer à côté de cet anniversaire tant attendu.

Deux soirées consacrées aux concerts, une journée dédiée au jeune public. La première soirée, plutôt électro, a vu se succéder AZEKEL (UK – soul électro), L’IMPERATRICE (FR – pop/disco), ISAAC DELUSION (FR – pop & electro) puis WEVAL (NL – électro)… La deuxième soirée a laissé place à des sons plus pop avec FUGU MANGO (BE – pop), plus gras avec DIET CIG (US – pop/punk) et ULRIKA SPACEK (UK – rock alternatif/psyché), puis plus expérimentaux avec THE KVB (UK – noise) pour finir en beauté avec BRNS (BE – indie rock). Bonus sur le gâteau d’anniversaire, le jeune public du Grand Mix a eu droit a sa journée. Dimanche, renommé “MINI MIX” pour l’occasion, nos chères petites (et grandes) têtes blondes ont pu profiter d’un nombre impressionnant d’activités telles que les ciné-concerts de Gablé/NUMéROBé/Loup Blaster, d’ateliers DIY, du manège “UN TOUR A BICLOU” ainsi que de la Fresque collaborative et d’un stand de vrais “Faux” tatouages… Un week end marathon qui restera dans les esprits tant la bonne humeur et la convivialité étaient présentes. Une belle révérence pour cette belle “DAME” qui part se repoudrer le nez durant les 18 prochains mois. Des travaux d’une grande ampleur qui permettront de profiter de différentes manières de cet incontournable spot musical (plus d’infos sur: https://legrandmix.com/fr/blog/l-extension-du-grand-mix). Pas de panique, rassurez vous, la programmation du Grand Mix continuera d’exister mais sera momentanément hébergée au Théâtre de l’Idéal (Tourcoing), à La maison Folie hospice d’Havré et à la Condition Publique de Roubaix.

Focus sur les groupes

AZEKEL : Ce Londonien manie les rythmes soul et électro au va et vient de sa voie hypnotique, alliant beats lents puis rapides capturant notre attention dès les premières notes de son set. (EP “RAW vol 1 & 2” – 2015).

L’IMPERATRICE : Palmiers, Soleil et plage… Voici ce que Charles de Boisseguin nous offre. Lui et ses six comparses nous transportes au delà des frontières dans un paysage chaud, dansant. On oublie tout, on s’abandonne, on danse, on vibre… On attend surtout leur album qui tarde à ravir nos oreilles au fil des morceaux disco et de la voix langoureuse de leur chanteuse Flore! (EP “Séquences” – 2017)

l'ImpÇratrice (1)

ISAAC DELUSION : Depuis la sortie de leur second album “Rust & Gold” (mai 2017), congratulé “album du mois” par le magazine TSUGI, ces parisiens ne cessent de s’imposer sur la scène pop/électro française… Leur deuxième album le prouve, et sur scène, ils le prouvent encore plus… Une explosion de son RnB futuristes, Hip-hop puissant, folk et basses funk. Le groupe sait ce qui est bon, et le mélange à merveille. (album “Rust & Gold” – 2017)

WEVAL : Tendez l’oreille la prochaine fois que vous entendrez ces mots : “What did you expect ?” car la bande son de la célèbre pub leur revient de droit… Leur électro est propre, soignée, on les sent sages, peut être un peu trop ! Tout fonctionne, les mélodies et le groove sont choisis méthodiquement. Mais pour autant on attend qu’ils se lachent plus ! Efficace et tout de même plaisant, c’est un groupe à connaître et à suivre de prêt. (album “WEVAL” – 2016)

FUGU MANGO : Petite touche pop avec les bruxellois de Fùgù Mango et leurs pulsations pop/africaines. Ce trio entreprend une ascension fulgurante en nous proposant des sonorités afro/indie pop. Ce qui fonctionne plutôt bien dans l’ensemble. Un rythme marqué par les percussions et un spiritualité lyrique soulignée par les guitares. On ne peut s’empêcher de danser… et ça on aime!

DIET CIG : Nouveaux venus de la scène indie New yorkaise, Alex (voix/guitare) et Noah (batterie) offrent au public un mélange explosif, certe naïf, mais qui ne laisse pas indifférent. Passant la plupart de son concert en l’air, sautant sur tout ce qu’elle peut (faisant même le tour de la salle avant de remonter sur scène), Alex nous communique sa bonne humeur infantile et ce, de manière efficace.

Diet Cig (2)

ULRIKA SPACEK : Moment psychée de la soirée, ce groupe peu connu mais au talent bien réel s’incorpore dans le vaste monde des musiques expérimentales. On y retrouve tout ce que l’on cherche dans un groupe de rock/psyché: mélancolie, saturation des cordes, hypnotisme de la voix… ULRIKA SPACEK rajeunît ce style de musique vieillissant où peu de groupes se démarquent… Laissons leur la place, il le mérite largement! (album “Modern English Decoration” – 2017)

Ulrika Spacek (1)

THE KVB : Projet audio/visuel de deux londoniens, Klaus Von Barrel & Kat Day nous proposent une dark wave à la Soft Moon combinant mélodies hypnotiques, synthés minimalistes et guitares shoegazes. Enrichis par de nombreuses collaborations (The New Brian Jonestown Massacre, Portishead), the KVB performe avec sérénité sur scène, coupant la salle du monde qui l’entourent pour nous oublier dans les limbes jusqu’à ce que la lumière se rallume et nous fasse aussitôt réaliser que nous n’avons pas touché sol depuis 45 minutes. (album “Fixation / White Walls” – 2017)

the KVB (3)

BRNS : Habitué aux scènes françaises, BRNS se sentent chez eux au Grand Mix. Forts d’une longue expérience, ce quatuore bruxellois maîtrise parfaitement l’art de créer des ponts entre musique populaire et cérébrale. Les mélodies s’entrechoquent sur des structures cassées, brouillent les pistes de manière effrontée mais subtiles. Ils vivent la musique, nous la vivons avec eux de bon coeur. (album “Patine” – 2017)

BRNS (7)

Dj set by GLITTER : Durant les deux soirées de concerts, Manar alias GLITTER n’a pas eu de mal à réchauffer l’ambiance pendant les changements de plateau en performant un Dj set en extérieur. Une belle performance pour cette Dj que l’on commence à croiser de plus en plus dans les soirées de la métropole…

Glitter (3)

Pour conclure, le Grand Mix a une fois de plus su nous séduire par une programmation variée, pointue mais malgré tout accessible à quiconque apprécie le vrai son (un des principaux atouts de cette salle). Une belle aventure qui nous l’espérons, estompera ses rides et repartira plus belle et plus dynamique que jamais… Affaire à suivre…

Bruno… pour Piñata…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *